« Chacune de mes blessures a créé une perle. »
Alexandro Jodorowsky


ACCUEILNEWSMON APPROCHEPOUR QUI ?FORMATIONSMON PARCOURSCONTACTBIBLIO



L’ est une approche « énergétique ».
Ce terme « énergétique » a beaucoup été utilisé. Aujourd’hui, il n'est pas toujours facile de savoir exactement ce qu’il signifie, et à quoi il est rattaché.
En Etiomédecine,
l'énergie est définie comme de l’information en mouvement
et
elle n'est que cela.

Pour mieux comprendre, prenons cette première analogie.
L'énergie peut être symbolisée par une vague qui traverse l'océan. En plein océan, lorsque cette vague vous arrive dessus, elle vous soulève puis vous repose au même endroit pour continuer son chemin. Dans ce cas de figure vous n’êtes absolument pas « touché » par cette vague.
Par contre, c’est lorsque cette vague rencontre un obstacle, par exemple un rocher ou une falaise, que la puissance de celle-ci va s’exprimer, se manifester.
En fait, c'est seulement lorsque l'énergie est freinée, voir arrêtée, qu'on prend conscience de son existence.
C'est exactement ce qui se passe pour nous :
Nous sommes "bombardés" de millions d'informations à la seconde, mais nous n'en prenons conscience qu'au moment où elles deviennent dérangeantes parce que « bloquées » par un ou plusieurs « obstacles ».
Dans cette analogie, notre bonne « adaptation » à notre environnement correspond à un état où les vagues glissent sans rencontrer de résistance.
Voici une autre analogie possible.
Vous êtes dans un immense hall de gare empli de monde et vous souhaitez le traverser.
Vous représentez « l’information » et, comme nous l’avons défini plus haut, le fait de vous mettre en mouvement génère « l’énergie ».
Au fur et à mesure de votre parcours, vous allez être plus ou moins impacté par les obstacles (les autres personnes, les panneaux, les guichets, etc…) que vous allez rencontrer. En effet, il est fort probable que vous frôliez, touchiez, percutiez ces obstacles.
C’est seulement lorsque vous rencontrez ces obstacles que vous vous rendez compte de votre difficulté à avancer.
Dans cette deuxième analogie, notre bonne « adaptation » à notre environnement correspond à un état où l’information circule avec fluidité. C'est à dire un état où nous nous adaptons avec fluidité aux évènements de la vie.
Souvent, ce sont le déni, l’illusion, la projection, etc… qui font obstacles à la gestion de l’information qui circule (tout comme le rocher faisait obstacle à la vague).
Ce ne sont donc pas les évènements qui sont la source de nos souffrances mais bien la façon que nous avons de les prendre en compte (consciemment ou inconsciemment).

Quelques explications !
Cette méthode d'accompagnement vise à libérer l'individu des mémoires de ses souffrances et de ses conditionnements cellulaires, physiques, émotionnels, mentaux, afin qu'il trouve ou retrouve, par degrés, la liberté d’Être, au fur et à mesure de ses prises de conscience. Le but étant la restauration du Mouvement, qui est le principe curateur.
Parfois, dans notre vie on se sent bloqué. Parfois, dans certaines situations, on se sent « mal » (angoisse, mal-être…).
C'est que, quelque part dans notre corps, des informations se sont « gelées », se sont « cristallisées » et ne « circulent » plus.
Non inductive, pour ne pas être source de désadaptation, cette méthode s'adresse à tous les stades d'évolution émotionnelle, mentale et spirituelle, sans chercher à se substituer à la vie, qui doit rester la seule initiatrice de l’évolution de l'Individu.
L'étiomédecine dans son essence respecte le choix, conscient ou non, des personnes d'évoluer à leur rythme. C’est-à-dire de faire des expériences hors du cadre sécurisé, mais non évolutif, de ses conditionnements, sans pour autant se désadapter.
Cela suppose que la personne a son « travail » à faire.
C’est comme si en libérant les mémoires de ses souffrances, on nettoyait les « lunettes » à travers lesquelles la personne voit la vie, qui lui apparaît alors de plus en plus nette. Cette nouvelle vision modifie ses perceptions visuelles mais aussi émotionnelles, mentales et donc potentiellement, son action.
Pour cela, l'étiomédecine est thérapie d'évolution, et ne peut être envisagée comme une recette qui permettrait à celui qui attend tout d'un acte magique, d’appuyer sur un bouton pour résoudre ses problèmes. Celui qui ne s'implique pas n’évolue pas.
D’où vient cette technique ?
L'étiomédecine a été élaborée et développée par le Dr Jean-Louis Brinette à partir de la fin des années 1980.
Cette méthode a pour but d'aider la personne à lâcher ses souffrances et muter les fonctionnements qu'elle a élaborés à partir de celles-ci.
Le déroulement d’une séance
La personne est allongée et sans rien chercher, ne doit que, ne pas s'opposer à ce que son être veut exprimer spontanément.
Le thérapeute « reçoit » alors ce que la personne exprime spontanément à travers son être, quel que soit le pourquoi.
Le processus de libération des souffrances ne peut « s'opérer » que là où les souffrances se sont « installées » et donc bien au-delà des mots et de l'analyse intellectuelle ou mentale. Pendant la séance il peut donc y avoir besoin, ou pas, de passer par la parole.
Rester assis à coté de la personne allongé n'est en aucun cas, pour le thérapeute, une quelconque volonté de maintenir un pouvoir, et si cela est ressenti ainsi, c'est qu'il y a une erreur de positionnement du thérapeute.
Suivant des critères rigoureux, le thérapeute suit le déroulement de la séance à travers la «prise de pouls» (réflexe auriculo-cardiaque, travaux du Dr Nogier (« père » de l'auriculothérapie)), révélateur de l’état émotionnel de la personne et de son évolution.
Les informations « gelées », « bloquées » se remettent en mouvement.
A qui s’adresse cette technique ?
A ceux qui souffrent de difficultés liées aux états de stress, de dépression, de troubles du sommeil, d’angoisses, de mal-être, de fatigue, de problèmes affectifs, relationnels, ou existentiels.
L’étiomédecine aide à se soustraire aux conditionnements, aux freins inconscients qui entravent notre liberté d’Etre, de Sentir et de Penser.



Retour